Le dialogue

Le lion et le chasseur

LA FONTAINE, Fables, Livre VI, Fable 2

Sélectionnez chaque incise ôtée au texte et collez-la où la situation de communication le suggère. Tenez compte des majuscules.

   Le berger dit      lui dit-il      S’écria-t-il   
Un fanfaron, amateur de la chasse,
Venant de perdre un chien de bonne race,
Qu’il soupçonnait dans le corps d’un lion,
Vit un berger : « Enseigne-moi, de grâce,
De mon voleur, , la maison,
Que de ce pas, je me fasse raison. »
: « C’est vers cette montagne.
En lui payant de tribut un mouton
Par chaque mois, j’erre dans la campagne
Comme il me plaît, et je suis en repos. »
      Dans le moment qu’ils tenaient ces propos,
    Le lion sort, et vient d’un pas agile.
    Le fanfaron aussitôt d’esquiver ;
    « Ô Jupiter, montre-moi quelque asile,
    , qui me puisse sauver ! »

        La vraie épreuve du courage
N’est que dans le danger que l’on touche du doigt,
Tel le cherchait, dit-il, qui, changeant de langage,
        S’enfuit aussitôt qu’il le voit.