Poésie mon amie

Dans la maison où notre amour a voulu naître

Chaque vers du poème ci-dessous présente un mot masqué. Replacez ces mots eu égard à la rime, au nombre de syllabes et à d’autres indices que vous ne manquerez pas d’observer.

   balance      coins      d’or      fenêtres      l’autre      mien      nôtre      naître*      réconfort      rien      silence      témoins   
  Dans la maison où notre amour a voulu ,
Avec les meubles chers peuplant l’ombre et les ,
Où nous vivons à deux, ayant pour seuls
Les roses qui nous regardent par les .

Il est des jours choisis, d’un si doux ,
Et des heures d’été, si belles de ,
Que j’arrête parfois le temps qui se ,
Dans l’horloge de chêne, avec son disque .
Alors l’heure, le jour, la nuit est si bien
Que le bonheur qui nous frôle n’entend plus ,
Sinon les battements de ton cœur et du
Qu’une étreinte soudaine approche l’un de .




Émile VERHAEREN (1855-1916), Les heures d’après-midi