13 octobre 1987
Dix-neuf heures trente-six

 
 

Assis en tailleur, un livre posé sur les genoux, les mains appuyées sur les oreilles, Connor tente de faire abstraction du chaos qui l’entoure. Mais rien à faire, impossible de se concentrer ! Il y a trop de bruit : la télé à fond dans le salon que personne n’écoute mais que personne n’éteint, la musique dans les chambres, les cris des gosses qui se battent et s’insultent. Pas une pièce où faire ses devoirs. Pas un coin de calme. La salle de classe qu’il utilisait avec Mark après les cours leur est désormais inaccessible depuis qu’un veilleur de nuit trop zélé s’est mis en tête de les en chasser.

Contrarié, Connor quitte l’appartement en claquant la porte. Il arrive dans la cage d’escalier, mais ne s’y attarde pas. Il sait que l’endroit est une zone fréquentée par les (…)


Guillaume MUSSO, Parce que je t’aime, Xo Éditions, 2007

Pocket no 13562, 2008, pp. 168-169

 
  Site de l’auteur