Du dialogue au compte rendu

 
 

Dialogue 22. Cassées ou pas cassées ?

 

Le dialogue ci-dessous affiche les répliques d’un des deux interlocuteurs seulement. Imaginez celles qui manquent.

« Je voudrais que tu écrives pour moi comme pour ma sœur une histoire dont je suis le héros…

— Oui, mais il faut que j’aie une idée…

— Comment ça, une idée ?

— Oui, il faut que tu aies fait quelque chose qui m’inspire, qui me donne l’envie de raconter…

— Eh bien : je viens justement de faire quelque chose, figure-toi.

— Alors, raconte-moi, ne me fais pas lanterner !

— Tu ne devineras jamais !

— Attends ! C’est toi qui devais me donner une idée !

— Je pense… avoir cassé tes lunettes !

— Non ! Ce n’est pas une bonne idée !

— Je sais, Bon-Papa, mais je ne l’ai pas fait exprès !

— Alors, pour donner un sens à ton méfait, tu me demandes d’en faire état ?

— C’est bien ça : écris la scène, alors, s’il te plaît*, dépêche-toi.

— Non, je ne raconterai pas les bêtises d’un petit garnement !

— Tant pis ! Alors moi, je n’aurai pas cassé tes lunettes ! »

 

Je vous invite à rédiger le compte rendu du dialogue ci-dessus – ou, pour le formuler autrement : veuillez narrativiser le discours figurant ci-dessus.

Un jeune garçon voudrait que son grand-père parle de lui comme il le fit pour sa sœur. Le vieil homme feint cependant manquer d’inspiration et invite son petit-fils à lui donner du grain à moudre. Le gamin se souvient alors opportunément de lui avoir cassé ses lunettes. Mais le grand-père estime mauvaise l’idée, si c’en est une, et le fait, si c’en est un, indigne de figurer sous sa plume. Aussi le petit futé renonce-t-il à l’authenticité de ses allégations puisque le grand-père refuse de les rapporter.

 

À quels critères doit répondre le compte rendu d’un dialogue ?

  1. Le compte rendu ne comporte pas de situation de communication.
  2. Le texte est écrit à la troisième personne (ni je, ni tu, ni nous, ni vous )1.
  3. L’énoncé est déclaratif (aucune phrase interrogative, impérative ou exclamative sous forme directe).
  4. Les guillemets et tirets du dialogue disparaissent.
  5. Le compte rendu peut s’écrire soit au présent (simultanéité/parole) soit au passé ; si le compte rendu est écrit au passé, les temps de conjugaison ne sont pas les mêmes que ceux du dialogue.
  6. Le vocabulaire et les tournures syntaxiques émanent du rédacteur et non des interlocuteurs.
  7. Au lieu de rapporter simplement les paroles sous forme indirecte, le rédacteur veille à rendre compte de l’esprit de l’entretien.

1 Cas particuliers : le rédacteur relatant un dialogue dont il fut l’un des interlocuteurs écrira à la première personne ; le rédacteur usera de la deuxième personne s’il évoque devant un tiers un dialogue dont cette personne aurait elle-même été un protagoniste en l’absence du rédacteur.