Le secret de la réussite

 
 

Souvent, a-t-on coutume de dire, et même de le répéter, voire de le rabâcher (et ça, ce n’est ni pédagogique ni empreint de modernité), souvent la communication passe mal. Alors, il me plaĆ®t* parfois qu’elle ne passe pas du tout – car c’est ainsi qu’elle passe le mieux :

— Voulez-vous que je vous dise le secret de la réussite ?

— Oui, Monsieur.

— Allez, dites toujours !

— On vous écoute !

— On serait curieux !

— On n’attend que ça !

— Vous en connaissez un ?

— À le voir, on ne dirait pas !

— Mais taisez-vous alors ! Laissez Monsieur parler !

Une pause, une perspective, les dernières vagues s’apaisent, l’horizon n’est plus qu’une ligne plane d’où émerge le bateau en lequel je veux les mener.

— Puisque vous souhaitez m’entendre dire le secret de la réussite, reprends-je (car il faut en finir maintenant), eh bien : « Le secret de la réussite ».

Un moment de flottement. Hésitation. Perplexité. Peine à comprendre. Regards croisés. Personne ne rit, ne s’exclame, ne réagit… Me prendraient-ils pour fou ?

M. BACKELJAU