Le dialogue

La pie et la colombe

FLORIAN, Fables, Livre I, Fable 13

Sélectionnez chaque incise ôtée au texte et collez-la où la situation de communication le suggère. Tenez compte des majuscules.

   Interrompt aussitôt la pie      lui dit-elle      Qu’elle disait dans son courroux      répond la tourterelle   
        Une colombe avait son nid
        Tout auprès du nid d’une pie.
Cela s’appelle voir mauvaise compagnie,
D’accord ; mais de ce point pour l’heure il ne s’agit.
        Au logis de la tourterelle
        Ce n’était qu’amour et bonheur ;
        Dans l’autre nid toujours querelle,
        Œufs cassés, tapage et rumeur.
Lorsque par son époux la pie était battue,
        Chez sa voisine elle venait,
        Là jasait, criait, se plaignait,
        Et faisait la longue revue
        Des défauts de son cher époux :
« Il est fier, exigeant, dur, emporté, jaloux ;
De plus, je sais fort bien qu’il va voir des corneilles ;
        Et cent autres choses pareilles,
        .
          — Mais vous, ,
Êtes-vous sans défauts ?  — Non, j’en ai,  ;
        Je vous le confie entre nous :
En conduite, en propos, je suis assez légère,
Coquette comme on l’est, parfois un peu colère,
Et me plaisant souvent à le faire enrager :
Mais qu’est-ce que cela ? — C’est beaucoup trop, ma chère :
        Commencez par vous corriger ;
Votre humeur peut l’aigrir… — Qu’appelez-vous, ma mie ?
        :
Moi de l’humeur ! Comment ! Je vous conte mes maux,
Et vous m’injuriez ! Je vous trouve plaisante :
        Adieu, petite impertinente ;
        Mêlez-vous de vos tourtereaux.
        Nous convenons de nos défauts ;
        Mais c’est pour que l’on nous démente.