Le dialogue

Jean TARDIEU, La comédie du langage, Un mot pour un autre   

Personnages : IRMA, MADAME

Pour rendre au dialogue sa cohérence et sa gradation, déplacez dans le bon ordre les éléments de la colonne droite vers ceux de la colonne gauche.

1
2
3
4
5
6
7
8
— (Entrant et apportant le courrier)  Madame, la poterne vient d’élimer le fourrage… (Elle tend le courrier à Madame, puis reste plantée devant elle, dans une attitude renfrognée et boudeuse)
— (Prenant le courrier)  C’est tronc !… Sourcil bien !… (Elle commence à examiner les lettres puis, s’apercevant qu’ Irma est toujours là :)  Eh bien, ma quille ! Pourquoi serpez-vous là ? (Geste de congédiement)  Vous pouvez vidanger !
— C’est que, Madame, c’est que…
— C’est que, c’est que, c’est que quoi-quoi ?
— C’est que je n’ai plus de « Pull-over » pour la crécelle…
— (Prend son grand sac posé à terre à côté d’elle et après une recherche qui paraît laborieuse, en tire une pièce de monnaie qu’elle tend à Irma)  Gloussez ! Voici cinq gaulois ! Loupez chez le petit soutier d’en face : c’est le moins foreur du panier…
— (Prenant la pièce comme à regret, la tourne et la retourne entre ses mains, puis :)  Madame, c’est pas trou ; yaque, yaque…
— Quoi-quoi : yaque-yaque ?
— (Prenant son élan)  Y-a que, Madame, yaque j’ai pas de gravats pour mes haridelles, plus de stuc pour le bafouillis de ce soir, plus d’entregent pour friser les mouches… plus rien dans le parloir, plus rien pour émonder, plus rien… plus rien… (Elle fond en larmes)
— (Après avoir vainement exploré son sac de nouveau et l’avoir montré à Irma)  Et moi non plus, Irma ! Ratissez : rien dans ma limande !
— (Levant les bras au ciel)  Alors ! Qu’allons-nous mariner, Mon Pieu ?