Le dialogue

Lavage de cerveau  

M. BACKELJAU, Objets connectés, avez-vous une âme ?  

Pour rendre au dialogue sa cohérence et sa gradation, déplacez dans le bon ordre les éléments de la colonne droite vers ceux de la colonne gauche. La typographie est un indice.

« Les objets connectés intelligents se multiplient et se diversifient tendant à s’intégrer dans un système holistique. » (Ordiphone   de votre serviteur)

« J’ai toujours rêvé que mon ordinateur soit aussi simple à utiliser que mon téléphone ; eh bien, ce rêve est devenu réalité : je ne comprends plus comment utiliser mon téléphone. » (Bjarne STROUSTRUP 

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
« Bonjour ! Tous nos services sont actuellement opérationnels et en attente de vos instructions !
— Comment ? Vous parlez maintenant ou c’est la charnière de votre hublot qui couine ?
— La dernière mise à jour de son processeur dote en effet cette machine de la synthèse vocale.
— Ah ! Et comment cela se peut-ce, dites-moi, comment cela se fait-ce ?
— L’explication est simple : un greffon fut adjoint lors de la dernière réparation.
— Fantastique ! J’ai du linge à laver, vite fait, excusez-moi, je vous bourre un peu.
— Le tambour est disponible. Voulez-vous un peu de musique durant le déroulement du processus ?
— Je vous dis que je suis pressé ! Je sélectionne : « Lavage rapide » et hop ! c’est envoyé !
— Un moment ! Savez-vous qu’une pastille de détartrant diminue l’empreinte écologique et réduit la dose de lessive ?
— Oui, on dit cela… Je n’en ai pas sous la main, vous devrez faire avec ce qu’il y a…
— Dans ce cas, le poids du linge chargé est excessif pour un résultat correct : choisissez les pièces qu’il vous faut ôter.
— Je ne souhaite rien ôter et je souhaite faire vite !
— À défaut, vous pouvez opter pour un autre programme de lavage.
— Comprenez-vous mes consignes ? Je ne souhaite rien ôter et je souhaite faire vite !
— Veuillez exécuter une tâche : ôtez les pièces de votre choix ou sélectionnez un autre programme de lavage.
— Je vois ! Mettez un peu de musique, je descends mon ballot au salon-lavoir. »