Orthographe enfin

Une maladresse

Avec le clavier, écrivez la forme qui convient. Pour écouter la lecture par synthèse vocale, actionnez la commande ci‑dessous.

   Madame Altamont partait en vacances. Avec le souci d’ordre et de propreté qui la caractéris en tout, elle vida son réfrigérateur et fit cadeau de ses restes à sa conci : un demi-quart de beurre, une livre de haric verts frais, deux citrons, un dempot de confiture de groseilles, un fond de crme fraîche*, quelques cerises. Pour des raisons mal précisées, Madame Altamont dut rester chez elle vingquatre heures de plus ; elle retourna donc voir Madame Nochère et lui expliqua, d’un ton à vrai dire plutôt embaaé, n’avait rien à manger pour le soir et qu’elle aimerait récupérer les haricots verts frais qu’elle lui avait donn le matin même.
   —   C’est que, dit Madame Nochère, je les ai épluch, ils sont sur le feu.
   —   Que voulez-vous que j’y fasse ? répliqua Madame Altamont.
   Madame Nochère monta elle-même à Madame Altamont les haricots verts cuits et les autres denrées qu’elle lui avait laiss.
   Le lendemain matin, Madame Altamont partant, cette fois-ci pour de bon, redescendit à nouveau ses restes à Madame Nochère. Mais la concierge les refusa poliment.

   Georges PEREC, La vie mode d’emploi