Poésie mon amie

Trahi par le matos  

Chaque vers du poème ci-dessous présente un mot masqué. Replacez ces mots eu égard à la rime, au nombre de syllabes et à d’autres indices que vous ne manquerez pas d’observer.

   avouer      bien      cartouche      contraire      dire      écrire      fît      fil      gratuit      idée      il      inspiré      lendemain      mésaventure      manqué      matière      matos      misère      née      nature      os      papier      rides      séché      touche      trouvé      vestiaire      vides   
Votre serviteur  —   Attention ! cette fois, j’ai quelque chose à  :
Et j’espère que je vais arriver à l’ !
Cela serait trop bête, non ? d’être
Et que le matériel de travail eût  !
Un crayon, noir ou non, je n’en ai pas  ;
Voilà le stylobille dont l’encre a  ;
Pour le stylo à plume, plus une  ;
Aucun signe à l’écran quand je presse une  !
Et me voilà trahi soudain par le  !
Car vous aviez compris qu’il y aurait un  !
Quand tout vous abandonne, ah ! c’est une
Et l’esprit est si peu quand manque la  !

(Un temps, proche de l’éternité)

J’ai rechargé les piles : mon clavier sans
M’obéit à présent, Marot loué soit- !
Je pourrais vous conter cette  :
Hélas, de mon idée, j’ai perdu la  !
Bérénice  —  



Ensemble  —  
Quand on a quelque chose à dire, on trouve
De quoi écrire, vite et pas le  !
Pourquoi mettre à chauffer des casseroles  ?
Plus de jeu de dînette* quand on a nos  !
Mais si j’écris /
Mais s’il écrit / parfois ayant perdu l’
Au moins n’écris-je /
Au moins n’écrit-il / pas avant qu’elle soit
Ce subtil distinguo méritait qu’on le  :
Et nous vous le livrons bien pesé et .

(Un temps, infiniment court)

Comme nous pourrions dire aussi bien le ,
Et qu’on ne veut laisser une idée au ,
Admettons-le avant qu’il nous le faille  :
Plus souvent qu’une idée, nous avons du .

Votre serviteur (01/05/14)