Descriptions de choix

La Marie 1  

Voici une description grammaticalement correcte mais dépourvue de ses « caractérisants », regroupés dans la fenêtre ci-dessous. Récrivez-les avec votre clavier à la place qui leur convient. Le bouton « Aide » offre une première lettre. Attention ! une faute de frappe et la réponse est incorrecte.

   à vertèbres de chêne      avec sa membrure massive      dangereuse      de faïence      d’ouest      encore      et de saumure      froides      grandes      légère      que le vent réveille      rugueux      taillés avec les finesses      très      vivifiantes   
   Leur navire s’appelait la Marie, capitaine Guermeur. Il allait chaque année faire la grande pêche2 dans ces régions où les étés n’ont plus de nuits.
   Il était ancien, comme la Vierge3 sa patronne. Ses flancs épais, , étaient éraillés, , imprégnés d’humidité  ; mais sains et exhalant les senteurs du goudron. Au repos il avait l’air lourd, , mais quand les brises soufflaient, il retrouvait sa vigueur , comme les mouettes . Alors il avait sa façon à lui de s’élever à la lame  et de rebondir, plus lestement les jeunes, modernes.

   Pierre LOTI, Pêcheur d’Islande, Première partie, chapitre 2, 1886  

1 La Marie est une goélette conçue pour la pêche en Islande, comprenant un équipage de « six hommes et le mousse, des Islandais (une race vaillante de marins qui est répandue surtout au pays de Paimpol et de Tréguier, et qui s’est vouée de père en fils à cette pêche‑là). »

2 Dans Mon frère Yves (1889) l’auteur observe : « ces marins qu’on appelle là (à Paimpol)  des Islandais, qui s’exilent tous les étés, six mois durant, pour aller faire la grande pêche dangereuse dans les mers froides » (chapitre XVII).

3 Le premier chapitre précise : « Contre un panneau du fond, une sainte Vierge (…) ├ętait fixée sur une planchette, à une place d’honneur ».