Reflets (Suite)

 
 

Buvez

Une voix familière me parlait. C’était étrange : quelqu’un m’adressait la parole… Que je me souvienne, que me disait-elle ?

— Buvez votre soupe, Monsieur Ernest, elle va refroidir !

J’entends mal. C’est curieux : je ne supporte pas le son de la télévision, qui me trouble les idées, ni le « pick-up » qui crachote une musique à vous casser les oreilles, ni la tondeuse à gazon qui passe une fois par semaine au moins en été et dont le moteur pétarade à rendre fou ! Et en même temps, j’entends mal ce que l’on me dit : je dois toujours faire répéter, on croit que je me moque, que je le fais exprès. Je vous assure : en société, c’est désagréable. Comment ? Oui, je souffre de dysacousie.

Alors, beaucoup ne me parlent plus. Enfin, c’est comme ils veulent.

— Je vous di-sais : bu-vez, Monsieur Ernest. Vo-tre sou-pe ! elle va re-froi-dir si vous ne la bu-vez pas ! Vous aurez bien le temps de faire le clown tout à l’heure !

— Je ne ferai pas le cône, je ferai le cube ! Et puis, je ne FAIS pas le cube ! je SUIS le cube ! Vous confondez tout, Mademoiselle ! Il faut tout vous expliquer !

Je les aime bien, ces demoiselles, elles font ce qu’elles peuvent. Pas très intelligentes, l’esprit un peu limité, mais très serviables. Et puis, toujours propres sur elles, ça, il ne faut pas me dire le contraire ! toujours de blanc vêtues, avec un beau petit couvre‑chef, blanc aussi !

Elles veulent toujours me faire manger alors que je n’en ai plus besoin… c’est comme la sieste, mais j’aime la sieste car je vais alors sur Pluton. C’est vrai : ils observent Pluton mais ils n’y vont pas ! Moi, hier, j’y suis allé trente ans en arrière, et j’ai ajouté Nix et Hydra, tout simplement. Charon s’ennuyait…

M. BACKELJAU

Fin

Chapitre précédent